L'ACPAT, depuis 1987, toujours pour parler transports et pour la protection de notre territoire

La commission d'enquête dans le déni du saccage

L'avis est positif, ce qui nous semble impensable, au vu de l'urgence climatique et de la disparition des sols, de la pollution de l'air et de tous les signaux d'alerte. C'est un avis rendu avec moult précautions, mais il est quand même positif, et tient insuffisamment compte de l'arrivée prochaine à Thonon du Léman-Express.

Nous n'admettons pas la légèreté avec laquelle l'impact sur le changement climatique est traité : la réponse de la Dréal sur le sujet est sans commune mesure avec l'urgence à réagir. Nous faire croire que le problème de l'augmentation des G.E.S va être résolue dès 2050 grace aux nouvelles motorisations montre bien que ni les rédacteurs ni les commissaires enquêteurs n'ont compris qu'en 2050, il sera bien , bien trop tard.

La commission d'enquête commente les avis reçu. Et là, les opposants sont en colère :

 

Ainsi ce ne serait ni un massacre, et les espaces ne seraient pas ravagés. Le goudron est déposé sans qu'on supprime les arbres, les familles de salamandres ou de batraciens ont gentiment le temps de se sauver avant l'arrivée des buldozzers, et, les animaux capables de s'enfuir ne se trouvent pas chassés vers des territoires dans lesquels ils ne seraient pas en compétition avec d'autres. Nous sommes révoltés. Non : massacre, ravage, saccage... ne sont par des termes excessifs. Ce sont les termes les mieux appropriés pour décrire ce qu'il se passerait.

(page 48 sur 94 du pdf "Procès-verbal de synthèse et réponses des maîtres d’ouvrage"

 

Quant au climat... la réponse du maitre d'ouvrage est expédiée. Ce n'est probablement pas une préoccupation majeure. Les employés de la Dréal semblent avoir été recrutés pour leur climatosceptiscisme...  Et on mélange climat et qualité de l'air, histoire de répondre encore moins clairement (texte en bleu).

5 on n en veut pas original

 

 

200 personnes étaient présentes à midi devant la Salle des Ursules

8 sept

La marche de l'ACPAT sur FR3 Alpes

35972328 2003541153239973 2491003799578083328 n

Monsieur Rémy Pagani, maire de Genève

 

L'ACPAT au Conseil d'Etat contre la pollution de l'air

Le conseil d’administration de l'ACPAT, consulté le 25 mai, a décidé de participer à la saisine du Conseil d’Etat initiée par l’association Les Amis de la Terre Paris, en vue d'obtenir l'exécution de la décision N°394254 du 12 juillet 2017 sur le fondement de l'article R.931-2 du Code de justice administrative, et notamment le prononcé d'une astreinte d'office.

Cette plainte est légitime parce que :

- le Conseil Départemental de la Haute-Savoie engage la population du département dans un projet d’autoroute entre Thonon et Machilly,

- cette même collectivité subventionnera le projet,

- monsieur le préfet de la Haute-Savoie a décidé de l’ouverture d’une enquête publique sur ce projet d’autoroute,

Et ce alors que l’étude d’impact a démontré que la circulation routière et donc la pollution ( spécifiquement le NO2) augmenteront de fait dans tout le Chablais à cause des trafics routier induits par le projet, ce alors que la zone voisine dispose d’un PPA dont les effets seront amoindris en cas de création de cette autoroute.

Vous ne savez pas pourquoi vous adhéreriez à l'ACPAT ? La planète, elle, le sait !

Parce que vous voulez faire le pari des nouvelles mobilités, parce que vous voulez donner leur chance aux nouveaux moyens de transport comme le Léman Express et le Bus à Haut Niveau de Service, parce que vous voyez bien qu’avec la croissance de la population, si la mobilité se fait toujours plus avec l’automobile, on ne sortira jamais des embouteillages…

Parce que vous savez que la route coûte cher en terres agricoles et en espaces naturels, alors que vous savez qu’on doit protéger notre environnement, notre air.

Parce que vous avez compris que la seule solution pour le climat passait par une nouvelle réflexion sur les déplacements : vous pensez à vos enfants.

Parce que vous n’êtes pas dupes : vous savez qu’un territoire n’est pas enclavé s’il continue de « gagner » des habitants.

Parce que vous voyez bien que les élus préfèrent toujours aller au plus facile : le goudron, et qu’ils veulent d’abord favoriser les très grosses entreprises et concessionnaires autoroutiers.

C'est pour cela que vous savez que nous avons raison.

 

Pub de l acpat

 

29 10 banderole acpat foire web 01

Ve lorution 2018 chablais

L'ACPAT au Conseil Départemental

https://librinfo74.fr/les-opposants-a-la-liaison-routiere-thonon-machilly-refusent-dentrainer-la-population-a-toute-vitesse-contre-le-mur/