des solutions pour se déplacer ?

Bien sûr, les meilleures solutions sont derrière nous : il aurait fallu organiser la vie dans le Chablais de façon bien différente, pour moins attirer de nouvelle population sur un territoire aussi contraint, et surtout, limiter l'influence de Genève sur l'emploi. On parle toujours de l'attractivité d'un territoire, mais est-ce une bonne chose ?

Maintenant, comme rien n'a été anticipé en matière de déplacement et que les élus n'avaient qu'un seul projet,

l'autoroute (ou la voie rapide, ça dépend des époques), il est bien difficile de changer.

Les meilleures solutions seraient bien sûr de limiter les déplacements : télétravail, limitation du recours à l'emploi frontalier, relocalisation des productions... mais ça ne suffira pas.

2 grands projets doivent rapidement voir le jour :

Le Léman-Express

234,2 millions investis. C'est le train CEVA !

À sa mise en service, prévue pour décembre 2019, ce sont 230km de lignes et 45 gares qui seront connectées dans un rayon de 60km autour de Genève, soit un territoire de près d’un million d’habitants répartis sur deux cantons suisses et la Haute-Savoie.

Jusqu’à 6 trains par heure circuleront au cœur du réseau, lors de la mise en service de la nouvelle ligne CEVA (Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse), en décembre 2019. L’effet frontière sera supprimé :

 

  • Des temps de parcours optimisés et fiables, et des fréquences de passage augmentées. Soit plus de trains directs ou de correspondances quai à quai.  
    Annemasse > Genève Cornavin en 20min environ, 1 train toutes les 10min en heures de pointe.
    Évian-les-Bains > Genève en 50 minutes, 1 train toutes les 30min en heures de pointe.
  • De mieux synchroniser les correspondances et faciliter les connexions avec les autres modes de transports publics dans une logique d’intermodalité.
  • D’améliorer le niveau de confort avec des trains « nouvelle génération » et des gares réaménagées.
  • Une tarification simplifiée (un seul ticket) et une seule information voyageurs.
  • Le CEVA va permettre un réel désengorgement des routes, et pas seulement pour Genève, puisque ce sera plus facile aussi d’aller à Annecy ou Grenoble par le train.
  •  

LE BHNS

C'est le bus à haut niveau de service, de Thonon-les-Bains à Genève. Le projet a un tracé aux 2 tiers en France et 1 tiers en Suisse.  Coût : 21,36 M€ HT

Le bus est prioritaire à tous les carrefour, avec des arrêts pour les automobiles pour laisser la priorité au bus !

Les aménagements entre Thonon- et Veigy-Foncenex sont importants, et la future ligne de THNS s'arrêtera à la station « Eaux-vives », avec comme correspondance le LEMAN EXPRESS et d'autres lignes de bus urbaines.

Sur la partie française, la nouvelle ligne de bus traversera 8 communes, regroupant plus de 56 000 habitants :

On résoudra deux points durs de circulation majeurs : la traversé des communes de Douvaine et Sciez.

 Priorisation du THNS aux carrefours ;

 Aménagements de stations ;

 Couloirs d’approche aux carrefours conflictuels ;

 Couloir latéral de délestage ;

 Site propre avec couloir axial ;

Le temps de parcours de la ligne de terminus à terminus, sera d'1 heure en heure de pointe, et de 55 minutes en heure creuse.

on gagne 5 minutes en heures creuses, 23 minutes en heures de pointe. La vitesse moyenne de la ligne sur l’ensemble du tracé sera de 33 km/h, contre 24 km/h

Cette vitesse est compétitive par rapport à l’automobile.

A l'horizon 2020 la fréquentation est estimée à 346 558 voyageurs par an, 362 692 pour l'horizon 2030. De 2013 à 2030, cette estimation représente une augmentation de 13,2%.

Notre exigence : qu'il roule au gaz pour limiter au maximum les pollutions !

Petit film sur le CEVA et le Léman Express. 5000 voitures de moins sur la route, ça compte, non ? Et c'est monsieur Moracchini en personne qui nous explique sans le dire qu'on peut se passer de l'autoroute.

 

Frise pour acpat sans logo

 

Ce sera plus facile de décarbonner notre économie si on prend l’habitude d'être moins dépendant des véhicules individuels.