un calendrier très orienté...

Le calendrier des réalisations n’est pas sans incidence :

Si le BHNS avait été mis en service avant l’enquête publique (pour cela il faudrait retarder la date de l’enquête publique) comme le gain de temps pour les frontaliers en heure de pointe aurait été significatif, on pense vraiment que les gens auraient abandonné leur voiture. Dans ce contexte, si les gens gagnent du temps et si les villages se trouvent délestés, à quoi bon faire une autoroute ? D’autant que le report vers l’autoroute ne serait que de 10% pour la D1005, qui est de loin la voie la plus engorgée. Or, le BHNS est juste un projet sur le papier.

Bien sûr, il y a aussi le Léman express, qui va plutôt décharger l’axe passant par Bons. Le Léman Express pourra aussi être significativement amélioré grâce au doublement des voies ferrées. Problème : il ne sera pas encore en service lors de l’enquête publique. Pendant l’enquête, le public n’aura donc pas eu la possibilité de faire le test « mobilité douce ».

Le fait que les élus veuillent réaliser l’autoroute avant qu’on puisse utiliser le Léman-Express et alors qu’ils laissent trainer le projet de BHNS n’est pour nous pas anodin. Le calendrier a clairement été établi pour donner l’avantage à l’autoroute.

×